ABAdina Bozga: “Levinas on Altruism, Suffering and Evil”, in: R. Burggraeve, J. Hansel, M.-A. Lescourret, J.-F. Rey, J.-M. Salanskis (eds.), Levinas autrement, Peeters Publishers, 2012

La diffusion d’une pensée s’accompagne souvent de son édulcoration. Les « grandes idées » identifiées sont rabâchées, ressassées, réduites, donnant lieu à des associations aussi rapides que funestes, telle celle qui fait d’Emmanuel Levinas « le philosophe de l’autre ». La réflexion bouleversante du philosophe qui fit de l’éthique la philosophie première menaçait ainsi de tourner au prêchi-prêcha quasi-johannique.

L’année du centenaire, 2006, sollicitant les chercheurs d’horizons multiples, a permis de faire résonner nombre d’aspects encore méconnus de l’œuvre lévinassienne, nourrie de quatre cultures, – la juive, la russe, l’allemande et la française -, mais aussi des divers apprentissages existentiels et scientifiques du philosophe. L’histoire, la sienne propre, celle de son peuple, les rencontres d’affinités ou de devoir, se reflètent dans des livres entiers ou des passages de son œuvre, stimulant ses lecteurs, venus de la littérature, de la philosophie, et des sciences de l’homme, d’Europe occidentale et orientale, d’outre Atlantique, des rives de la Méditerranée et du Pacifique.